• Hélène Cazaban

Tu es différent... moi aussi - Recension

Dernière mise à jour : févr. 18



« Tu es différent… moi aussi », Sarah A. Lanier, éditions Sarah A. Lanier, 2011, 123 pages

recension par Hélène Cazaban, hlcazaban@gmail.com


Le sous-titre de ce livre donne le ton : « Se comprendre entre étrangers l’un pour l’autre dans sa culture » ! Forte de sa longue expérience au sein d’une ONG chrétienne internationale et interconfessionnelle, consultante et conférencière sur la culture, le leadership et la dynamique d'équipe, Sarah A. Lanier affirme que les différences culturelles sont un atout, mais peuvent être également une source de blessures profondes. Les choses les plus simples sont à même d’engendrer des conflits. Une remarque innocente peut inciter l’autre à se refermer ou à faire des commentaires critiques. Elle souhaite donner au lecteur quelques

clés pour favoriser le dialogue et aider à la compréhension mutuelle.

Connaître et comprendre la transculturalité, les relations entre culture, les besoins humains et spirituels n’est-il pas un des premiers pas pour répondre à l’appel de Dieu à servir dans la mission, à aimer les personnes vers lesquelles nous allons ?

Un guide pratique de la transculturalité


Ce livre d’une centaine de page est un guide pratique, culturel qui s’organise autour du concept : cultures des climats chauds par opposition aux cultures des climats froids. L’idée maîtresse est que les cultures latines sont des cultures « chaudes » parce qu’elles sont fondés sur le relationnel, y compris dans le domaine professionnel. Les peuples du nord de l’Europe sont considérés comme « froids » parce que tout est basé sur la valeur du travail et l’efficacité.


Sarah se garde bien de toutes généralisations réductrices. Elle pose la question de savoir pourquoi le climat joue un rôle si important ? Quoi qu’il en soit, dit-elle, c’est une réalité que nous devons affronter avec nos semblables.

À travers des situations nombreuses et variées, des anecdotes vécues au quotidien, elle a constaté qu’en distinguant les cultures selon ces deux catégories, climats chauds / climats froids, on détient des outils nécessaires pour comprendre les similitudes ou différences culturelles de base.


Deux exemples

À la fin d’une conférence sur ce sujet, en Inde, un groupe de Népalais, s’approche d’elle, les larmes aux yeux : "Ah si seulement nous avions été conscients de ces différences dans la façon de penser et de communiquer nous nous serions évités bien des souffrances et des problèmes relationnels." À la demande de collègues « climats froids » de leur servir de guide pour faire les sommets de l’Himalaya, ils répondaient toujours « oui » mais en fait, laissant leurs familles sans ressources, ils voulaient dire « non », mais façon de s’exprimer trop directe vis-à-vis de leur hôte dans leur culture.


Autre exemple, Il est historiquement avéré que lors de la rencontre pour des pourparlers de paix de 1979, les présidents américain et égyptiens, Jimmy Carter et Anouar El Sadate, et le premier ministre israélien, Menahem Begin, passèrent trois jours, à huit clos, à la grande frustration des journalistes. Les trois hommes se communiquaient les noms de leurs petits-enfants, tissaient des liens, apprenaient à se faire confiance. C’est au bout de trois jours seulement que, sur ces bases relationnelles les 3 hommes signèrent les accords de Camp David.


Relationnel ou efficacité, rationnel ou émotionnel, subjectif ou objectif, communication directe ou indirecte, individualisme ou esprit de groupe, vie de groupe ou vie privée, hospitalité, temps, planning : voici les concepts clés développés et explicités par le récit de nombreuses situations de vie et d’incompréhensions culturelles parfois déconcertantes, tristes, émouvantes ou parfois amusantes. J’aime comment Sarah sait parler au cœur et à l’intelligence de ses lecteurs, comment elle suscite le désir et la motivation de comprendre et respecter celui qui est différent. N’est-ce pas une façon d’aimer son prochain quelle que soit sa communauté ?


Pour satisfaire notre possible besoin d’efficacité « d’européen » (!), chaque chapitre se termine par un « ce qu’il faut retenir, culture des climats chauds, cultures climats froids », clair, concis, concret.


Un ouvrage agréable à lire, bien documenté, proche du quotidien, incontournable non seulement pour ceux qui partent ou qui se forment à partir en mission annoncer l’Evangile dans un pays étranger, mais aussi pour ceux qui veulent tisser des relations de confiance ou vivre leur foi avec leurs voisins, leurs collègues, leurs prochains d’une autre culture.

Ces aspects culturels sont abordés dans notre formation SIM go.

> Découvrez en quoi elle consiste


100 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout