FAQ 

Questions fréquemment posées par les futurs missionnaires

Je pense être chrétien, Jésus fait sens pour moi, mais je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est dit dans la Bible. Puis-je quand même partir ?


Le départ est soumis à un contact approfondi avec l’équipe de SIM France-Belgique qui étudiera votre personnalité et vos convictions. Si celles-ci ne correspondent pas aux nôtres, nous ne pourrons pas vous accompagner dans votre projet.




Dois-je trouver mon soutien financier pour partir en mission ?


Oui, cela fait partie intégrante de la vie missionnaire comme la Bible nous le rappelle (Luc 8.1-3, Philippiens 4.14-16). SIM France-Belgique propose néanmoins un cadre et des outils de recherche pour vous aider à constituer un cercle de soutien.




Puis-je choisir le pays dans lequel j’irai en mission ?


C’est possible, mais en restant ouvert à d’autres propositions de pays. Les possibilités de placement de chaque pays fluctuent selon les besoins locaux et les compétences requises ; l’objectif de SIM étant de toucher les peuples non-atteints.




Est-ce que je serai en sécurité là où j’irai ?


Dans chaque pays où est présent SIM, un Plan de Prévention des Risques et d’Évacuation est établi localement pour assurer au maximum la sécurité des missionnaires. SIM prend en compte la situation du moment de chaque pays dans l’affectation de ses missionnaires.




Dois-je avoir une formation spécifique pour partir en mission ?


Dans tous les cadres, oui, une formation au départ de 2 jours est organisée dans les locaux de SIM France-Belgique. En court terme, selon le poste qui sera occupé, une formation complémentaire peut être nécessaire En long terme, une formation biblique est nécessaire tout comme la formation COM (organisée par la FMEF).




Quels sont l’intérêt et la nécessité de remplir des dossiers de candidature et de référents aussi détaillés ?


SIM France-Belgique demande un dossier fourni afin de bien évaluer la candidature, sa compatibilité avec les objectifs de SIM – par la connaissance de la personne et de son engagement spirituel – et de lui proposer le meilleur accompagnement possible.




Je veux faire de l’humanitaire, mais l’aspect spirituel ne m’intéresse pas. Puis-je quand même partir avec SIM ?


Non, SIM est avant tout une œuvre missionnaire, c’est-à-dire que son action est avant tout spirituelle. Cet aspect est donc indissociable de chaque projet.




Dois-je trouver un lieu d’habitation sur place, et dois-je m’occuper de toutes les commodités sur place ?


Habituellement, c’est la charge des responsables locaux de gérer cela pour le missionnaire, mais cela peut varier pour chaque cas.




J’ai déjà séjourné à l’étranger. Est-ce vraiment nécessaire de faire une formation au départ ?


Oui, d’une part pour connaître la structure d’envoi qu’est SIM France-Belgique, et pour créer un lien personnel avec l’équipe qui vous suivra tout au long de votre cycle missionnaire, d’autre part, parce que même si vous avez effectué un séjour à l’étranger, vous ne connaissez pas tout et qu’il y a des spécificités dans chaque pays. À cela il faut rajouter que la formation équipe spirituellement la personne à servir en mission.




Puis-je parler de mon projet aux responsables de mon église ?


Oui, bien sûr ! L'Église est appelée à envoyer des missionnaires, même si la plupart des Églises en France et en Belgique n'ont pas les ressources pour le faire. C'est pour cela que des structures comme SIM existent. Nous voulons collaborer avec l'Église qui envoie. Concrètement, nous demandons à vos responsables de remplir un formulaire joint à votre dossier de candidature.