• SIM France-Belgique

Le regard de Benjamin Eggen sur les générations Y et Z

Benjamin est parti en Mission Découverte en 2015 avec SIM. Après avoir suivi une formation théologique, il est assistant pasteur dans une église à Bruxelles. Il a été coordinateur du blog jeunesse La Rébellution, jusqu’en juillet 2020.


[interview issu du magazine S'IMMERGER n°18 paru en novembre 2020]


Bonjour Benjamin, depuis peu tu n’es plus le coordinateur de la Rébellution, mais on peut quand même dire que tu es toujours connecté aux nouvelles générations, n'est-ce pas !?

J’essaye en tout cas ! Que ça soit au travers de camps d’été, dans le ministère jeunesse de mon église, ou sur Internet (YouTube et Instagram), j’ai à cœur d’encourager les jeunes à profiter de leur jeunesse d’une manière qui glorifie Dieu.


Dans le monde évangélique en particulier, il y a une volonté [chez les jeunes] de voir du changement, de faire avancer les choses et d’avoir un impact.

Selon toi, qu’est-ce qui caractérise ces générations ? Et dans le monde évangélique francophone, quelles sont leurs spécificités ?

C’est difficile de généraliser, mais je pense qu’il est juste de dire que nous sommes face à une génération hyperconnectée, qui fuit les systèmes établis et qui n’aime pas rester statique. Dans le monde évangélique en particulier, il y a une volonté de voir du changement, de faire avancer les choses et d’avoir un impact.


Ressens-tu un intérêt chez ces générations pour la missionnaire transculturelle ?

Plusieurs jeunes chrétiens veulent utiliser leur vie d’une manière qui compte. C’est vraiment encourageant ! Pour certains, cela implique de s’engager dans l’œuvre missionnaire au loin, mais malheureusement je ne crois pas que cela représente la majorité…


Lorsque, vers mes 20 ans, j’ai pris conscience que 2 à 3 milliards de personnes dans le monde n’avaient pas accès à l’Évangile, j’ai eu un véritable électrochoc qui m’a poussé à prendre cette cause à cœur

Quelles en sont les raisons d’après toi ?

En grande partie, je pense que c’est parce que notre génération est peu informée de l’état de la mission dans le monde. Lorsque, vers mes 20 ans, j’ai pris conscience que 2 à 3 milliards de personnes dans le monde n’avaient pas accès à l’Évangile, j’ai eu un véritable électrochoc qui m’a poussé à prendre cette cause à cœur.


As-tu des pistes pour que ces générations prennent leur place dans l’œuvre de Dieu pour le monde ?

1) Leur enseigner le plan de Dieu révélé dans la Bible : sauver un peuple issu de toutes les nations de la terre. C’est là que tout commence, avec Dieu, Sa gloire, et Son plan. 2) Les informer sur les besoins et les peuples sans accès à l'Évangile. 3) Les inviter à avoir une perspective de vie orientée vers la mission, qui guidera tous leurs choix et leurs plans futurs. La mise en place de ces pistes, par nos Églises locales, serait un cocktail puissant pour une nouvelle génération de missionnaires !