• SIM France-Belgique

Un nouveau champ pour SIM : le Tchad

SIM poursuit la mise en œuvre de sa raison d’être en allant dans des endroits où l’Évangile n’est pas ou peu connu.


En 2016, SIM renouvelait sa vision en remettant l’accent sur les communautés du monde non atteintes par l’Évangile. De fait, de nouveaux ministères dans des endroits encore peu explorés ont vu le jour ces dernières années et derniers mois. Des communautés et des peuples vivant sans Christ sont ciblés par des missionnaires qui mettent en place des ministères innovants pour les atteindre. Bien entendu, les pays où l’Islam est très implanté sont au cœur de notre attention même si, plus qu’ailleurs, être missionnaire est un risque. C’est le cas dans certaines parties du Tchad.


Nouveau projet dans la région Sila


Ce pays dans lequel SIM n’avait qu’un couple missionnaire jusqu’ici, va bientôt en accueillir de nouveaux. Entre 2018 et 2019, 2 familles et une femme devraient s’y installer et œuvrer pour Dieu. Elles visent la région du Sila, frontalière du Soudan, à l’est du pays. Celle-ci est très instable à cause de la crise du Darfour qui dure depuis 2003 dans ce pays voisin. Cette zone compte au moins 9 communautés qui ne sont pas au contact de l’Évangile. Et au moins 200.000 réfugiés soudanais ont été installés là. L’équipe se joindra à une œuvre commencée par des Tchadiens qui cherchent à faire des disciples de Jésus. Après avoir évalué les besoins lors de plusieurs visites sur place, les futurs missionnaires et l’équipe sur place ont formulé le projet. Il consistera à apporter la bonne nouvelle du Salut en répondant aux besoins : soins médicaux,  développement agricole, enseignement scolaire, soins auprès des réfugiés, éducation par le sport. Ils espèrent ainsi bâtir une communauté de (nouveaux) croyants. Dieu voulant, les ministères grandiront dans le temps et permettront l’accueil de nouveaux missionnaires, notamment francophones et arabophones, avec des dons et des compétences variés. 


Des collaborations effectives


SIM est une mission qui souhaite collaborer avec d’autres missions qui partagent la même vision. Dans cette idée, un partenariat à été établi avec CEF*. Le docteur BO* et son épouse D* ont créé un hôpital en 2009, dans les environs de N’Djaména, la capitale. B*, qui pratiquait la chirurgie au Cameroun, s’était rendu compte qu’une part très conséquente des patients venait du Tchad pour se faire soigner, car aucun hôpital (évangélique) n’était situé dans leur région. À travers ce ministère, B* souhaite contribuer à ce que la progression géographique de l’Islam vers le sud soit enrayée pour apporter la seule vraie bonne nouvelle qui sauve et guérit : l’Évangile de Jésus-Christ. C’est la raison d’être de l’hôpital. Sur place, ce sont 5 communautés M* qui reçoivent des soins. Une sixième communauté ne connaissant pas Christ a été identifiée, il s’agit de nomades. 


Les patients reçoivent les soins dont ils ont besoin et sont au contact direct de l’Évangile. Dans l’hôpital, tout est fait pour témoigner de Christ et pour montrer Son amour inconditionnel, dans le respect de chacun. Le corps médical témoigne de sa foi en Christ et propose de cheminer avec les patients; beaucoup sont touchés. L’hôpital, qui possède un potentiel foncier de 8 hectares, grandit avec l’ajout de lits, la formation d’un chirurgien africain, et d’autres projets à venir.


En 2016, Jean Salmeron, directeur de SIM France-Belgique avait été sollicité  pour un audit de l’hôpital. L’un des besoins identifiés est la venue de missionnaires français ou francophones, et même arabophones, qualifiés dans le domaine de la santé, pour aider au développement de l’hôpital et apporter un témoignage puissant. À travers ces 2 ministères, SIM concrétise un peu plus sa vision que nul ne devrait vivre ni mourir sans avoir entendu la bonne nouvelle de Dieu. Les besoins de missionnaires francophones et arabophones pour renforcer ces ministères sont réels. Nous vous invitons à considérer ces possibilités de servir le Seigneur auprès de communautés qui ne Le connaissent pas, au Tchad. C’est par l’intermédiaire de Ses enfants qui ont le privilège d’avoir un jour entendu parler de Lui qu’Il veut réconcilier l’Homme avec Lui-même.


©  H Caux, 2007



*Pour des raisons de sécurité nous ne donnons pas les noms.

> Article issu du magazine S’IMMERGER N°9 édité par SIM France-Belgique


#réfugiés #hôpital #Tchad #peuplesnonatteints