• SIM France-Belgique

Se préparer au départ : entretien avec une future missionnaire

Du 18 au 20 septembre avait lieu SIM GO, notre temps de formation et de préparation au départ en mission transculturelle. Parmi les 5 futurs unités missionnaires participantes, Cécile a pu voir se concrétiser un peu plus un projet qu’elle porte depuis quelques mois déjà. Entretien.



Bonjour Cécile, qu’est-ce qui peut bien pousser une jeune cadre supérieur dans une entreprise d’envergure internationale à vouloir changer d’orientation et partir en mission ?

C'est vrai ! Je suis titulaire d’un double master et j'ai 13 années d’expérience professionnelle à l’international dans des contextes culturels et secteurs d’activités variés, au cours desquelles j'ai pu constamment évoluer et beaucoup voyager.

Je suis actuellement Chef de Projet dans le domaine des nouvelles technologies. Tout au long de mon parcours académique et en entreprises, j'ai énormément appris professionnellement et humainement, mais surtout spirituellement. Le Seigneur a ouvert des portes auxquelles je n'aurais même jamais osé penser – c’est vraiment lui le Roi des rois. J'ai pu expérimenter Sa fidélité en voyant combien il protège et guide ses enfants aussi au sein de contextes professionnels hautement compétitifs.

Mon entrée dans la vie professionnelle à également coïncidée avec l’année au cours de laquelle j’ai choisi de me faire baptiser.

J’ai réalisé que les compétences professionnelles développées en entreprise étaient également nécessaires dans le cadre de la mission… Une grande découverte pour moi !

Dès lors, j'ai toujours considéré mon lieu de travail comme mon champ de mission. Néanmoins, bien que pleinement investie là où le Seigneur m’a placée, le désir de pouvoir travailler à temps plein pour la mission a toujours été présent.

Il y a quelques années, j’ai réalisé que les compétences professionnelles développées en entreprise étaient également nécessaires dans le cadre de la mission… Une grande découverte pour moi !

Tout cela conforte et renforce ce désir de servir que je porte depuis mon baptême notamment et c’est la raison pour laquelle je souhaite m’engager dans la mission aujourd’hui.

En parlant de compétences, s’il y a une certaine rupture de contexte, ce projet fera appel à de nombreuses compétences que tu as acquises par ton métier, n’est-ce pas ?

C’est en tant que missionnaire SIM détachée auprès de leur partenaire Trans World Radio (TWR) que je m’apprête à partir à Chypre pour une première mission d’un an.

TWR est une organisation missionnaire spécialisée dans l’évangélisation à travers les médias tels que la radio FM et digitale, la télévision, internet ainsi que les réseaux sociaux. Dans le cadre de ce partenariat SIM-TWR, je serai responsable du développement de la zone Europe du Sud, et plus particulièrement de 6 pays, à savoir le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, Chypre, et enfin… la France ! En m’appuyant sur un réseau de partenaires locaux, je serai chargée de la création et de la diffusion de nouveaux médias chrétiens. L’un des enjeux importants sera également de développer ce réseau de partenaires locaux et leur fournir l’appui d’une structure comme TWR afin de rendre disponible au plus grand nombre des médias chrétiens de qualité.

Cette mission fera appel à différentes compétences développées en entreprise, telles que la gestion de projet, le développement et la collaboration avec un réseau de partenaires internes et externes, l’analyse des besoins et attentes d’une audience cible, le développement d’outils informatiques et digitaux, le travail au sein d’équipes pluridisciplinaires et internationales….

Au-delà des compétences purement professionnelles, le fait d’avoir vécu et travaillé dans différents pays m’a aussi permis de comprendre l’importance de connaître les cultures locales afin d’avoir une communication adaptée. Cela est primordial pour mener à bien une mission lorsque l’on travaille avec des équipes internationales, mais c’est également un aspect essentiel de la vie quotidienne lorsque l’on s’établit à l’étranger. Il m’apparaît aussi fondamental de prendre en compte cette dimension dans l’évangélisation et, par là-même, dans l’objectif de cette mission de développement de médias chrétiens adaptés au contexte des populations de ces six pays d’Europe du sud.

Ce n’est pas « une expatriation comme les autres », c’est aussi en cela que l’accompagnement global de SIM en partenariat avec TWR est tellement important.

Mis à part ce socle de compétences sur lequel tu vas pouvoir t’appuyer, il y a beaucoup de changements pour toi. Est-ce que cela te fait peur ?

Bien sûr, ma « zone de confort » actuelle va en être bousculée. Six ans après être rentrée en France après ma dernière expatriation, j’ai retrouvé une certaine routine et une stabilité. Je quitte donc un emploi que je maîtrise, une culture qui est la mienne, et mes proches. Il va falloir que je m’adapte à la culture chypriote et m’intègre au sein des équipes TWR avec lesquelles je vais travailler au quotidien.

Mais c’est le Seigneur qui appelle. Et je crois que lorsque l’on accepte de répondre à son appel, le Seigneur nous équipe et l’on voit le miraculeux de Dieu s’accomplir.

J’ai vu plusieurs fois la fidélité et la main du Seigneur en action et travailler maintenant plus spécifiquement à son œuvre me motive particulièrement.

Toutefois, je souligne la nécessité d’un projet réfléchi, construit dans la durée, et l’importance d’être entourée de partenaires spirituels solides. Ce n’est pas « une expatriation comme les autres », c’est aussi en cela que l’accompagnement global de SIM en partenariat avec TWR est tellement important, d’une part pour le cadre administratif, spirituel et psychologique apporté par la SIM, et d’autre part en étant au plus proches des équipes TWR basées à Chypre.

Cette formation SIM go propose une approche holistique du départ en mission, avec un juste équilibre entre apports théoriques, ateliers pratiques mais également entretiens individuels.

Tu as donc participé au programme SIM GO dernièrement. Comment as-tu vécu ce temps de formation et de préparation au départ en mission ?

Entre mon travail actuel, la préparation logistique de mon départ en mission, et les activités du quotidien, la gestion de la to-do list peut avoir tendance à prendre le dessus sur la préparation personnelle nécessaire pour aborder cette nouvelle étape.

Le titre du support de préparation à la formation résume assez bien l’enjeu de la SIM GO « Avant de boucler tes bagages, prépares-ton cœur ». Au cours de ces 3 jours de formation, on parle finalement peu du « quoi », à savoir le projet en tant que tel. L’accent est en revanche mis sur le « comment », comment servir avec une bonne attitude à l’égard des populations locales, de notre équipe de travail tout en faisant preuve de bienveillance, envers soi-même également. Ainsi, on aborde des sujets très divers tels que les fondements bibliques de la mission, l’intégration culturelle, le travail en équipe et la gestion de conflit, la gestion administrative et financière, la santé… Le fait de bénéficier de ce temps à part dans un cadre privilégié, coupée des obligations du quotidien, m’a permis du prendre du recul par rapport à ces différentes thématiques et de mieux réaliser l’importance de bien préparer ces aspects. Trouver son champ de mission est important, mais ce n’est pas tout. Un départ en mission se construit dans la durée. Il est important de prévoir le temps nécessaire à la préparation et de se faire accompagner par des frères et sœurs en Christ sur ce chemin. Cette formation SIM go propose une approche holistique du départ en mission, avec un juste équilibre entre apports théoriques, ateliers pratiques mais également entretiens individuels. Les échanges informels avec l’équipe SIM et avec les autres participants sont également très riches, et pour ma part le Seigneur s’est aussi servi de cela pour me parler, m’interpeller et m’encourager.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué lors de ces trois jours ?

A l’arrivée, c’est l’accueil chaleureux et le cadre privilégié qui est remarquable. On se sent attendu, comme « à la maison », avec une logistique pensée dans les moindres détails. Puis c’est la rencontre avec une équipe passionnée, bienveillante et professionnelle, qui partage une formation de qualité - pas uniquement théorique mais également basée sur le vécu. Tout cela offre un cadre propice à des échanges riches tout au long du week-end, avec l’équipe SIM et également les autres participants à la formation.

Après cette formation, quelle est la prochaine étape de ce projet missionnaire que tu portes ?

Il me faut faire connaître mon projet auprès de mon église et de mes proches pour constituer son réseau de soutien : au niveau de l'accompagnement dans la prière, c’est essentiel, mais aussi au niveau financier puisque je ne serai pas salariée.

Enfin, un obstacle actuel reste la situation par rapport au Covid, puisque la situation sanitaire ne permet pas aux français de se rendre à Chypre à ce jour.


Pourquoi avoir choisi SIM pour t’accompagner dans ce projet ?

J’adhère à la vision et aux valeurs de la SIM dans son objectif de faire des disciples de Christ là où Il est le moins connu.

De plus, j’avais eu l’occasion il y a déjà plusieurs années de rencontrer un responsable de SIM lors d’un évènement chrétien et d’avoir eu avec lui un échange fructueux, ce qui déjà, à l’époque, avait bien retenu mon attention.



Merci pour tes réponses, Cécile.


Vous avez un projet missionnaire et souhaitez le concrétiser ?

> Contactez-nous (france.personnel@sim.org) !


Abonnez-vous au blog et recevez les notifications à chaque publication d'article !

> Cliquez sur le bouton Connexion/Inscription en haut de la page